Saint-Étienne-de-Boulogne

  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne

Accueil du site > Pages Annexes > Voirie : le fauchage débute

Voirie : le fauchage débute

" Année de foin, année de rien" dit-on généralement !
En tous cas, année difficile pour le fauchage des bords des chemins, c’est certain. Avec les précipitations exceptionnelles de ce printemps, l’herbe est haute de partout. C’est donc à un vaste chantier que le cantonnier de la commune vient de s’atteler.
Près d’une quarantaine de kilomètres de chemins à faucher, et tous les hameaux à nettoyer. Au total, plus d’un mois de travail qui s’ouvre, et qui amènera le cantonnier à passer dans tous les hameaux.
Tout cela se fait dans un ordre établi d’avance. Il commence par les virages dangereux sur les routes goudronnées, puis poursuit par les chemins où il y a des vergers de cerises et par les hameaux, avant de continuer par les autres chemins de terre.

En ce qui concerne le fauchage des routes goudronnées, le travail a été cette année encore confié à l’entreprise Chaniol, qui est la mieux disante après consultation (six entreprises consultées, quatre réponses). Elle interviendra à l’épareuse dans la dernière semaine de juin et la première de juillet. Un travail qui dépassera sans doute les 2000 € ht étant donné la densité de l’herbe cette année.

Enfin, ne pas faucher trop tôt dès le mois de mai, évite une repousse rapide, permet à d’autres plantes que les graminées de se développer et surtout, aide à contenir l’ambroisie qui se développe surtout sur les talus nus ou fauchés courts de manière précoce.

Partager sur Facebook



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF