Saint-Étienne-de-Boulogne

  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne

Accueil du site > Pages Annexes > Procédure d’agrément pour les sources

Procédure d’agrément pour les sources

Les sources alimentant le réseau d’eau potable doivent faire l’objet d’une procédure d’agrément. Cette procédure, qui existe depuis le début des années 1980, n’a pas encore été réalisée pour toutes les sources. Les premières procédures ont été lancées en 2004, avec la source des Traverses nouvellement acquise. Restait à résorber le retard en la matière. Étant donné le coût de ces procédures et leur longueur, il n’est pas possible d’en réaliser plus d’une ou deux tous les trois ou quatre ans.
C’est maintenant au tour des sources alimentant Auzon, et de la source Issartoux, alimentant le réseau principal et Auriolles.
Chaque procédure de mise en conformité suit un déroulé précis qui passe par la désignation d’un hydrogéologue agréé par les services de l’Etat, puis par la remise d’un rapport par ce dernier, avant que le Préfet ne déclare d’utilité publique la source et l’agrée. L’hydrogéologue définit les conditions d’utilisation de la source en fonction de sa vulnérabilité aux pollutions, heureusement faible ou très faible chez nous. Il détaille aussi les aménagements à réaliser sur chaque source pour optimiser son captage et la qualité des eaux.
Cette étude débouche sur un programme de travaux, subventionné à 80 % par le Conseil Général et l’Agence de l’Eau, permettant de remettre à niveau des captages anciens et parfois en mauvais état.
La visite détaillée de l’hydrogéologue et des services de l’Etat accompagnés de la commission municipale des eaux vient d’avoir lieu sur chaque source : au programme, analyse de l’eau, examen des sources elles-mêmes et des ouvrages de captage, de leur environnement, mesures de débit, observation des roches par exemple.
Partager sur Facebook



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF