Saint-Étienne-de-Boulogne

  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne

Accueil du site > Pages Annexes > Le parc naturel de demain

Le parc naturel de demain

Un Parc Naturel Régional est un territoire rural auquel est décerné le label " Parc" pour la qualité de ses patrimoines naturels et culturels, et parce que ses communes se sont rassemblées autour d’une Charte. Dans cette Charte sont inscrits les engagements pour un développement local, social, économique et culturel, qui soit respectueux des Hommes, de leur environnement et des patrimoines.
Tous les douze ans, les communes membres peuvent décider de rester dans le parc ou de s’en retirer, et de nouvelles communes peuvent demander à y adhérer. Créé en 2001, ce choix était à refaire en 2013. Le conseil municipal de Saint-Etienne-de-Boulogne a souhaité à l’unanimité que la commune reste membre du parc naturel. Toutes les communes se sont maintenant prononcées, ce qui permet de connaître les contours du parc pour la période 2013-2025.

Un nouveau périmètre pour le Parc

145 communes ont fait le choix d’intégrer le Parc en s’engageant sur une nouvelle charte valable 12 ans. De 132 lors de la première charte, elles sont aujourd’hui 13 de plus à porter ce nouveau projet pour les Monts d’Ardèche. Le Parc s’élargit de manière mesurée, de Nozières au nord, à Malbosc à la pointe sud, et du Monastier-sur-Gazeille à l’ouest à Saint-Cierge-la-Serre à l’est. Son territoire gagne en cohérence en intégrant le massif du Mézenc et cinq communes situées dans les bassins de vie de l’Eyrieux et du Doux. Il compte désormais trois nouvelles communes des Boutières. Neuf communes ont par ailleurs fait le choix de sortir ; la plupart d’entre elles étant situées en bordure du Parc et couvertes seulement en partie par son périmètre.

Ouverture à la Haute-Loire

Le Parc accueille sept communes de la Haute-Loire et devient ainsi bi-départemental et bi-régional avec l’Auvergne. L’intégration de l’ensemble “Mézenc-Gerbier”, haut lieu patrimonial, apporte une cohérence à la fois paysagère et socio-économique, avec notamment le périmètre de l’AOC fin-gras du Mézenc et de nombreuses associations qui ont témoigné, lors de l’enquête publique, de l’intérêt pour leur commune d‘entrer dans cette dynamique Parc.


Partager sur Facebook



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF