Saint-Étienne-de-Boulogne

  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne

Accueil du site > Pages Annexes > Vanessa Chambard expose à Saint-Etienne

Vanessa Chambard expose à Saint-Etienne

Vanessa Chambard expose des photographies à Saint-Etienne-de-Boulogne pour quelques semaines après avoir exposé au sein de plusieurs galeries et au cours de festivals en France et à l’étranger. Elle présente deux expositions complémentaires qui lient la terre, l’espace les hommes et le voyage. Elles sont visibles au Préau et à l’auberge l’Arbre à pain : Far East et Sous les nuages blancs.

La première, Far East, est l’histoire d’un voyage en 17 photographies, réalisée en automne 2007, tout à l’est de l’Europe. Un road movie en Roumanie et en Bulgarie. Parties à deux avec l’idée de réaliser un reportage sur l’émigration vers la France des populations roumaines et bulgares, le projet évolue rapidement et devient un voyage. Un vrai voyage de ceux qui changent à tout jamais votre vision du monde, de ceux qui font bifurquer votre vie vers des chemins de traverse jusqu’alors ignorés : fascination de la beauté des paysages, de cette lumière froide, un peu voilée, un peu triste, des plaines immenses et partout, de ces espaces vides, baignant dans le brouillard, comme suspendus dans l’espace et le temps…

La seconde, Sous les nuages blancs, a été réalisée entre 2009 et 2011 et se compose de 11 diptyques. A l’autre bout du monde, en Nouvelle Zélande, Aotearoa, le « Pays du Long Nuage Blanc ». La photographe y séjourne une première fois pendant près d’un an. Puis, à l’hiver 2011, elle y retourne pour quelques mois, en vélo cette fois-ci. Au cours de ces deux voyages, elle sillonne le pays, s’attardant tout particulièrement dans les lieux les plus isolés, photographiant les paysages et les hommes et femmes qu’elle rencontre. Là-bas, la densité de population est très faible et la majorité des habitants vivent en milieu rural. L’influence de la culture maorie contribue aussi à maintenir un lien très fort avec la terre. Même d’un point de vue économique, l’espace est fondamental pour les néo-zélandais puisque la plus grande partie d’entre eux travaillent dans l’agriculture ou le tourisme. « La terre fait des gens ce qu’ils sont » (Larry Towel) : cette affirmation est rapidement apparue on ne peut plus juste en Nouvelle Zélande…

Où ? Saint-Etienne-de-Boulogne, bureau coopératif « Le Préau » et auberge « L’Arbre à pain ».
Quand ? Du 28 novembre 2014 au 4 janvier 2015.
Renseignements ? contact@lepreau.org, 04 75 37 47 86


Partager sur Facebook.

Trois questions à Vanessa Chambard

Photographe

Comment êtes-vous venue à la photographie ?
A l’aube de mes 20 ans, la photographie me tombe dessus, un peu par hasard. Après deux années de formation, j’arrive sur le marché du travail où je découvre les plaisirs du métier d’assistant photographe dans le domaine de la pub. Avec des responsabilités telles que servir des sushis aux rédactrices mode et aux directeurs artistiques, ou des dilemmes existentiels, comme celui du choix entre un fond gris taupe ou gris souris pour photographier un écrase-purée. Mon odyssée parisienne atteint son apogée lors de ma collaboration avec Perrier : je décide de prendre la tangente … Et me voilà qui débarque sous le soleil d’Ardèche.

Et alors ? Nouveau départ sous d’autres cieux ?
Depuis 2009, je collabore avec la presse comme portraitiste mais aussi pour la publication de reportage de voyage. J’expose mes photographies en France et à l’étranger et au cours de festivals. J’ai été lauréate de la bourse du talent Kodak, comme Mention Spéciale et d’un Défi Jeune pour mon travail sur la Roumanie et la Bulgarie. J’ai aussi remporté le prix Libération-APAJ, et animé des ateliers pédagogiques en milieu scolaire.

Et maintenant, quelles sont les lignes de force de votre travail ?
Je me consacre entièrement à une photographie plus personnelle, centrée sur les questions du lien entre l’humain et la nature. Je souhaite poursuivre mes travaux sur le portrait et le paysage. Avec, dans un coin de ma tête, l’idée qui prend peu à peu forme d’un travail de portrait qui traitera du genre et de sa construction. J’ai aussi le projet de partir voyager à cheval quelques mois, et, bien sûr, de rendre compte de cette expérience en images.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF