Saint-Étienne-de-Boulogne

  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne

Accueil du site > Pages Annexes > Pont de Châtunat : les maçons à pied d’oeuvre

Pont de Châtunat : les maçons à pied d’oeuvre

Les travaux de rénovation du pont de Châtunat, sous La Conchy, viennent de débuter. Planifié à plusieurs reprises, ils avaient du être repoussés pour diverses raisons.
Alors que le coût estimé des travaux par un artisan, estimé à plus de 30 000 € ht n’était pas finançable par la commune, il avait été envisagé de les réaliser dans le cadre d’un atelier d’insertion. Celui qui avait été pressenti a cessé ses activités avant de commencer. Il avait ensuite été envisagé de faire travailler le lycée technique de Chomérac, section maçonnerie, mais cela n’a pas pu se faire. C’est finalement vers le GRETA Sud Ardèche à Aubenas que la commune s’est tournée.
Le chantier sera donc une opération école conduite par Christophe Savigny, encadrant, et ses élèves. Une dizaine de jeunes en formation se retrouvent donc sur l’ouvrage pour apprendre à manier la truelle, à tailler la pierre pour combler les manques, mais aussi à échafauder et organiser un chantier.
Une formation complète et pratique qui est rendue possible par le caractère patrimonial de l’ouvrage et qui avantage tout le monde. Le GRETA trouve un cas concret de chantier réel à réaliser, tandis que la commune ne paye que les matériaux et le déplacement des jeunes en formation, soit environ 3000 €.

Un chantier important

Il s’agir de rejointoyer totalement l’ouvrage et de reconstruire les parapets très dégradés. Les deux faces et la voûte seront traitées.
Alors que les arbres voisins ont été abattus par Stéphan Véron et que robert Weber a purgé l’ouvrage de son lierre, les travaux de maçonnerie à proprement parler commencent.
Les parapets seront reconstruits avant les vacances de Noël, tandis que les joints de l’ensemble feront l’objet d’une intervention en janvier/février.
Ils seront réalisés avec un mortier "bâtard" mêlant sable, ciment et chaux.
L’opération une fois terminée redonnera un bel aspect et de la solidité à cet ouvrage partie intégrante du patrimoine communal.
De là à envisager d’autres réalisation dans le même cadre... Les ouvrages d’art vétustes ne manquent pas !


Partager sur Facebook.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF