Saint-Étienne-de-Boulogne

  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne
  • Saint-Étienne-de-Boulogne

Accueil du site > Pages Annexes > Nous sommes tous des enfants de migrants

Nous sommes tous des enfants de migrants

L’exposition "Nous sommes tous des enfants de migrants" vient de poser ses panneaux à l’auberge l’Arbre à pain jusqu’à la fin du mois de juin.
Réalisée par Claire Lauzon et l’association Histoire de dire, elle a déjà été présentée en de nombreux lieux, dont les Archives Départementales de l’Ardèche à Privas ou la médiathèque Jean Ferrat à Aubenas.
Aujourd’hui, un Français sur trois a un parent ou un grand-parent d’origine étrangère. En France, les migrations ont largement participé au développement économique, démographique et culturel du pays depuis des siècles. Des déplacements importants de population se font à l’intérieur même du pays, entre les régions françaises. On note aussi des arrivées d’immigrés en provenance d’autres pays. Parmi les immigrés vivant en France à l’heure actuelle, la moitié est arrivée avant l’âge de 22 ans. Nombreux sont les enfants et les adolescents qui accompagnent leurs parents migrants, ou qui rejoignent un membre de leur famille ayant migré précédemment.
Hier comme aujourd’hui, l’Ardèche accueille sur son sol différentes populations de migrants : des réfugiés arméniens, espagnols, juifs français ou d’Europe de l’Est, laotiens, cambodgiens, des Italiens, des Polonais, des Harkis, des migrants économiques d’Europe ou d’Afrique, des Roms, des « néo-ruraux » venant d’autres régions françaises, des touristes d’Europe du Nord, etc.
En 2013, le Sonoscope et le L.I.R. (Laboratoire Itinérant de Recherche sur les migrations et les luttes sociales) ont procédé à un travail de recherche aux archives et recueilli 24 témoignages oraux auprès de migrants arrivés enfants sur le territoire des Monts d’Ardèche (de tous âges et de toutes origines), auprès de personnes ayant participé à l’accueil de ces enfants (institutrices, éducateurs, militants associatifs), et auprès de spécialistes des questions migratoires (un historien, une sociologue, une pédopsychiatre).
Ces témoignages réunis ont donné matière à une création sonore illustrant les différentes étapes des migrations enfantines sur le territoire ardéchois, de 1936 à nos jours.
Ces histoires, ces parcours, ces voix, recueillis et exposés, nous enseignent qu’au fil des générations, nous sommes tous des enfants de migrants, à l’échelle d’un département, d’un pays ou d’un continent.

JPEG - 301.7 ko


Site réalisé en SPIP pour l'AMRF